vendredi 29 juin 2012

Les Lumières, un antihumanisme....

Se revendiquant de Henri Guillemin, l'historienne Marion Sigaut évoque ci-dessous ce qu'elle nomme l'antihumanisme des Lumières.
Très manichéenne, Madame Sigaut oppose l'"antihumanisme" des Lumières à l'humanisme des Jésuites.
Voyez plutôt...

http://www.dailymotion.com/video/xrqrm0_marion-sigaut-les-lumieres-un-antihumanisme-marseille_news?search_algo=1

dimanche 17 juin 2012

Radio Notre Dame, le 18 juin

J'interviendrai demain soir (19h05) sur Radio Notre Dame dans l'émission de Denise Dumolin. Tous les détails en cliquant sur le lien ci-dessous
 http://radionotredame.net/emission/promenade-litteraire/18-06-2012/ 

samedi 16 juin 2012

France Info 16-06

Du polar à l'occasion du salon international du livre au format de poche à Saint-Maur - A livre ouvert - Livre - France Info


Valérie Expert et Gérard Collard ( à partir de la 5è minute)

Baptême de la rose Louise Dupin à Chenonceau

Un immense merci à Laure Menier pour cette invitation. Je mesure le privilège qu'on m'a accordé de partager ce déjeuner avec Mme Elisabeth Badinter. Une grande dame... 
Son "Emile, Emilie", ses "Passions intellectuelles", m'ont accompagné tout au long de mon travail sur Rousseau...

 les deux premiers clichés publiés avec l'aimable autorisation de Guillaume Souvant-  http://www.guillaume-photographe.com




 

mercredi 13 juin 2012

Chenonceau, 14 juin

Déjeuner à Chenonceau, demain, à l'occasion du baptême de la rose Louise Dupin. La manifestation sera parrainée par Mme Elisabeth Badinter.

samedi 9 juin 2012

Rousseau vu par... LAFAUTEAROUSSEAU

Pour illustrer le propos très juste d'Alain Soral (voir vidéo du 4 juin), je reproduis ci-dessous cet article extrait du site "royaliste" LAFAUTEAROUSSEAU.

Surprenant de retrouver, qualifiant Rousseau, des expressions creuses comme le "faux prophète" qui conclut l'article. On croirait entendre Voltaire, Grimm, Diderot et tous les frères de la clique encyclopédiste...

 

 

 

Rousseau ? Connais pas !......

rousseau,maurras,révolution,chateubriandJean-Jacques est né en 1712 : c’est donc son tricentenaire que l’on fête cette année, à la fin de ce mois, le 28 juin. Mais qui "on", et quelle fête ? RIEN ! La seule manifestation d’importance se tiendra non pas à Paris mais à Genève et elle traitera "des amis et des ennemis de Jean-Jacques" : autant dire que la louange et l'unanimisme ne sont pas de rigueur, et qu'il y a même de la contestation dans l'air...
Pour le reste, quelques malheureux "pique nique républicains tirés du sac" (!) et encore, uniquement dans le département de l'Ain; quelques lignes dans tel ou tel Blog confidentiel : c’est éloquent, et si l’on préfère une autre expression, cela en dit long…. Sic transit !
Eh, oui : Les virus, les idéologies meurent aussi : tricentenaire de Rousseau ? le flop…
Nous ne sommes pas si ingrats, à lafautearousseau : Jean-Jacques est présent , et célébré (!), en permanence sur notre Blog : par notre titre, d'abord - et, donc, tous les jours... - mais aussi parce que nous lui consacrons notre IXème Grand Texte, Jean-Jacques, faux prophète, de Charles Maurras.
Mais, trêve de plaisanterie, allons un peu plus au fond des choses, car, au fond, cette désaffection appelle - et permet... - certaines réflexions, notamment celle-ci...
Qui sème le vent, récolte la tempête, dit le proverbe. Il en est de même pour qui prétend déraciner et faire ignorer : finalement, la conspiration du silence finit par se retourner contre ceux-là même qui l'avaient organisée, et contre leurs propres "gloires", qui n'en sont plus ! Organisée et voulue par le ministère de la des-Éducation nationale, l'ignorance de tout ce qui est le passé national, finit par créer également l'ignorance de tout ce qui se voulait les "valeurs" nouvelles, que l'on prétendit substituer aux anciennes....
On pense irrésistiblement à l'apostrophe fameuse d'un député royaliste à Jules Ferry, lorsqu'il imposa son funeste Article 7, interdisant l'enseignement aux congrégations non "autorisées" : "Vous allez faire une jeunesse qui ne croira à rien, pas même à vous !" Nous y sommes : "ils" ont tout oublié, Bayard et les cathédrales, certes, mais aussi Rousseau et tutti quanti !.... Ceux qui ont voulu "du passé faire table rase" ont réussi au-delà de leurs espérances : ils ont abouti à la table rase de tout, même de leurs propres croyances, illusions et nuées !
Ignorance voulue et organisée des racines chrétiennes et spirituelles de la France "d'avant" ? Ignorance de tout et de tous, ignorance tout court, vide intégral, vacuité totale, répond l'écho.....
Pauvre Rousseau ! Au moins Maurras était-il capable de réciter des pages entières de La Nouvelle Héloïse; et Chateaubriand a-t-il écrit ce bel éloge de Jean-Jacques : "..."Rousseau", écrivais-je dans une de ces Remarques, "n'est décidement au-dessus des auteurs de son temps que dans une soixantaine de lettres de la Nouvelle Héloïse, dans quelques pages de ses Rêveries et de ses Confessions. Là, placé dans la véritable nature de son talent, il arrive à une éloquence de passion inconnue avant lui. Voltaire et Montesquieu ont trouvé des modèles de style dans les écrivains du siècle de Louis XIV; Rousseau, et même un peu Buffon, dans un autre genre, ont créé une langue qui fut ignorée du grand siècle."
Mais, aujourd'hui ? Les enfants de ce monde que Ferry (Jules) se flattait d'organiser "sans Dieu et sans Roi", ils sont surtout sans rien : sans Dieu et sans Roi, certes, mais surtout sans rien, rien du tout : c'est le naufrage du Titanic à grande échelle, pour tout et pour tous.....
Et en l'occurrence pour Jean-Jacques, ce faux prophète....

vendredi 1 juin 2012

4è de couverture

"Rousseau, le voile déchiré" (Tome 2) d'Olivier MARCHAL
En librairie le 7 juin 2012


"Français, on vous tient dans un délire qui ne cessera pas de mon vivant. Mais quand je n'y serai plus et que votre animosité, cessant d'être attisée, lai
ssera l'équité naturelle parler à vos coeurs, vous regarderez mieux, j'espère, à tous les faits, dits, écrits, qu'on m'attribue..."
Jean-Jacques ROUSSEAU
A tout Français aimant encore la justice et la vérité


Début des années 1770. 
Bernardin de Saint-Pierre rencontre un Rousseau vieillissant et rejeté par tous, Diderot, D'Alembert, Grimm, Mme d'Epinay...
Quelle est la raison de cette exclusion dont Rousseau est l'objet ? Est-ce bien un complot destiné à le discréditer ?
Bernardin cherche la vérité, il reçoit les confessions de Rousseau et de ses anciens amis afin de faire la lumière sur ce génial égoïste.

Riche de détails méconnus et remarquablement documenté, ce livre s'attache à répondre aux interrogations qui pèsent encore, plus de deux siècles après sa mort, sur le véritable caractère du philosophe le plus marquant des Lumières.